Forum des fans d'Arsene


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Soirée de folie avec Cali

Aller en bas 
AuteurMessage
Carine
Grande cheftaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1771
Age : 26
Date d'inscription : 27/07/2005

MessageSujet: Soirée de folie avec Cali   Mar 14 Mar - 0:38

Cali à l'AB, Bruxelles le 12 mars

Nathalie et moi arrivons chacune de notre côté mais en même temps à l’AB pour 18h. Il y a déjà une petite file, certains sont là depuis 14h et il fait un froid de canard. On nous laisse bientôt entrer et on nous confisque nos bouteilles d’eau : « Il y a un bar » me dit-on ! C’est clair que pendant le concert, on va quitter la salle pour aller au bar. La prochaine fois, je la cacherai mieux. Par contre j’ai l’impression qu’ils laisseraient entrer tout le reste, et notamment appareils photos, caméras, (mitraillettes ?). rambo

Le concert commence en avance avec en première partie, Karine Clercq, une jolie blonde qui écrit des chansons à texte. Elle nous fait notamment une reprise de Moustaki qui swingue ! (Moustaki qui swingue, faut le faire !) Je suis surtout intéressée par la basse de son bassiste, un modèle très minimaliste. Bon, elle est gentille la Karine, mais nous on attend Cali.

Monsieur Cali met un peu de temps à arriver, et pendant ce temps on nous lâche la fumée sur scène et on nous éblouit avec de gros projecteurs. Sympa. On nous fait écouter "Casta Diva", ce qui ne plaît pas à tout le monde.

Les musiciens entrent en scène dans la brume bleue et nous écarquillons les yeux pour voir apparaître Cali mais à nouveau ça prend un petit temps, on ne sait pas d’où il va surgir. Quand il apparaît, dans le noir presque complet le public est comme surpris mais ça ne dure que deux secondes et aussitôt les hurlements se mettent en route. Le public de Cali est fou. Le public de Cali est jeune. Enfin, celles (et ceux) qui sont aux premier rangs sont jeunes (normal y’a qu’eux pour faire la queue pendant 6h pour être au premier rang) et les filles sont tout aussi déshabillées que pour un concert rock, mais en plus sage et plus chic, surtout le brushing.

Par contre question hurlement et tapage de pieds, c’est puissance 10 ! Cali doit s’interrompre de chanter pour une ovation de 5/10 minutes, venue comme ça d’on ne sait où, juste parce qu’il fallait lui clamer tout son amour. Ca le touche, ça se voit. La salle ressemble à un théâtre … ou a une cour de prison, avec 3 étages de coursives, une fosse et des gradins à l’arrière. Tout est plein à craquer et ça applaudit de partout. C’est très très impressionnant. Cali chante les chansons de ses deux albums mélangées, n’arrête pas de nous répéter qu’il aime la Belgique et nous égrène tous les endroits où il est déjà venu.

Il danse, se trémousse, tournoie, embrasse ses musiciens, fait bouger ses mains et nous lance de ces petits déhanchés charmants. Il est entouré d’une violoniste, d’un trompettiste, d’un pianiste, plus basse et guitare et lui-même joue du tambourin et de la guitare. Son regard scrute la salle, je crois qu’il tente de nous hypnotiser. Il sourit tout le temps, il captive toute notre attention. C’est juste dommage que les folles autour de nous nous crèvent les tympans ! Pour la chanson « Pauvre garçon », normalement en duo avec Daniel Darc, il invite une fille sur scène et cherche l’élue dans la salle, mais pendant ce temps, deux jeunettes bondissent sur la scène et il est bien obligé de les garder.

Seulement les deux jeunettes n’assurent pas, car Cali se montre très affectueux et très « proche » et malgré tout leur culot et leur amour pour le beau Perpignanais, les deux donzelles le repoussent quand il devient un peu trop « pressant ». Ah lala … alors qu’il y avait des vieilles innocent dans la salle qui auraient joué le jeu !!! Bon, les deux filles connaissaient les paroles quand il a fallu chanter à la place de Daniel Darc (les vieilles en question n’auraient pas pu, par contre, on n’est pas douées pour tout). ballon

Le temps passe, nous arrivons bientôt à la fin de la série de chansons avec une mention particulière pour Roberta et le Vrai père, plus vrai que nature. Après quelques rappels et un « Qui se soucie de moi », notre Cali prend un air gourmand et évalue le public, car monsieur prépare le moment que nous attendons tous : le slam !
En grand pro, il enlève micro, émetteur, monnaie, chaussures et se rapproche du bord de la scène. Il nous fait signe de nous rapprocher et c’est une masse bien compacte qui se jette à ses pieds. Il prend son élan, tel un grand oiseau noir survolant la salle … et m’atterrit sur mes bras tendus ! J’ai les mains bien ouvertes pour le recevoir, et je le reçois vraiment très bien, juste en plein milieu de sa personne ! (si vous voyez ce que veux dire). Oups ! Embarassed Que faire, c’est fort inconvenant, nous n’avons pas été présentés pour que je le tienne comme ça mais je ne peux pas le lâcher non plus, il risque de s’écrouler, donc je tiens bon et je déplace adroitement mes doigts.
Ouf, la seconde suivante, j’ai seulement les mains sur son ventre nu, c’est déjà plus convenable, mais j’en profite un peu pour tâter l’animal. Ma foi, ce n’est pas désagréable, je veux bien le faire slammer la prochaine fois aussi. Je manque de perdre l’équilibre quand il part vers l’arrière de la salle, c’est qu’il est grand ce Cali, il y a beaucoup de centimètres à faire bouger, mais le voilà qui parcourt à plat ventre toute la salle porté par les mains des fans. Il arrive au niveau du balcon et se met à grimper et recommence sa progression presque à la verticale pour arriver tout en haut des gradins. Une fois arrivé au dernier rang il agite les bras en signe de victoire ! Il entreprend maintenant de redescendre par où il est venu et là, nous avons peur pour lui, car la verticale est très très abrupte. Mais les fans et les vigiles veillent et c’est juste un peu épuisé qu’il remonte sur scène pour entamer une dernière fois « Elle m’a dit ». Il pleure, il rit, la foule est extatique, c’est une vraie communion. Un garçon à côté de Nathalie pleure parce qu’il le voit pleurer. scratch Tout le monde fait des cœurs avec les mains, gonfle des ballons et ça voltige de partout, la scène en est pleine. Cali nous quitte en nous promettant de revenir très bientôt. J’attends avec impatience d’aller lire sur son blog ses impressions du concert, et aussi de lire les commentaires des fans, c’est toujours amusant.

Nathalie et moi, assoiffées car on nous a piqué nos bouteilles allons au bar où on nous dit qu’il faut des jetons pour s’acheter à boire. On se croirait à une fête de patronage. Donc nous refendons la foule pour trouver la petite cabane du vendeur de jetons et revenons vers l’aimable barmaid et buvons nos petites boissons tout en devisant. Nous nous demandons si nous verrons Cali mais comme le temps tourne et que la route est longue, surtout pour Nathalie, nous levons le camp et nous disons que nous le verrons sans doute une autre fois.

Dans la voiture qui a des sièges chauffants (mmmm) nous écoutons Cali et nous perdons dans le quartier industriel derrière chez moi et mettons 30 minutes à retrouver la route alors que normalement il faut 5 minutes ! C’est la faute à ce Bruno Caliciuri !!!!




























_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Soirée de folie avec Cali
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» soirée dessins animés
» [26.01.2007] Dropping the bass part 1 @ Annecy (74)
» soirée funk avec yann butler et alex morgan
» SOIREE FUNK SUR PARIS AVEC FUNK 365 ( 2ém edition )
» Soirées grillades avec l'Eveil de Marans...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des fans d'Arsene :: Le petit monde des fans :: Comptes-rendus de concerts-
Sauter vers: